GEORGES COMY

Par Pierre FAURE
 
Georges COMY...
 
Voici un nom que connaissent probablement les anciens pilotes de moto de la région d'Avignon, mais dont la notoriété n'a malheureusement guère dépassé les frontières de la Région Provence tant l'homme a toujours été discret.
 
Et si aujourd'hui on questionne des motards d'Avignon, bien peu pourront dire qui est Georges COMY.
 
Et pourtant, voilà un grand monsieur-car c'est comme çà que je le considère- qui mérite d'ètre connu.
 
Alors, puiqu'il est aujourd'hui MEMBRE D'HONNEUR de MC2A, et comme il a très gentiment accepté de m'ouvrir ses archives photos, je vais essayer de faire ici une rétrospective de sa carrière sportive, qui, comme on pourra le découvrir au fil des images, ne s'est pas cantonnée à la pratique de la moto en compétition.
 
Tout commence en 1927, année de naissance de Georges COMY à ARLES.
 
Son père est inspecteur des impots et en 1935, il est nommé à Chamonix.
Au pied du Mont Blanc, Georges va commencer par s'initier au ski et au patin à glace.
 
Puis, en 1938, sa famille revient dans le sud, à Orange où Georges restera de longues années et fera ses études au lycée local.
Il aime le sport et est doué en athlétisme. En cadets, il décroche le titre de Champion de France, zone Sud, sur 200m.
 
Il est aussi plutot doué pour les études, et son bac en poche, il passe et réussit le concours d'entrée au CREPS de Poitiers, pour préparer son entrée à l'Ecole Normale. Au CREPS, il continue de participer à des compétition d'athlétisme et il finit second du 110m haies au Championnat de France Juniors.
 
Il réussit ensuite le concours d'entrée à l'E.N.E.P.S., à Joinville, dont il sort en 1947. Durant cette période, il continue bien entendu à participer à des compétitions d'athlétisme mais il échoue encore une fois à la seconde place sur 110 m haies. 
 
Celà ne l'empèche pas de rentrer comme major à l'I.N.S. pour une préparation à la maitrise d'armes, car il fait également de l'escrime.
Mais là, il est victime d'un très grave accident qui l'immobilise pendant 9 mois.
A sa sortie de l'hopital, il est jugé inapte à toute activité sportive.
Son état physique lui permet également d'ètre dispensé de service militaire.
 
Mais il a une formidable volonté, et pendant 3 ans, il se réeduque seul pour retrouver sa capacité toracique.
 
A partir de 1949, il reprend des études de kiné à Marseille.
 
C'est l'occasion pour lui de faire connaissance avec la moto, en l'occurence une 350 Monet Goyon de 1936 avec laquelle il fait ses trajets Orange Marseille.
 
Il est diplomé en 1952 et fait ensuite une année de spécialisation en traumatologie sportive.
A cette époque, il s'occupe notamment de l'équipe pro de Jeu à XIII de Marseille. 
 
Fin 1953, il s'installe à Avignon pour exercer son métier de kiné.
Il roule à l'époque avec une 175 Ydral dont il me dit que chaque fois qu'il la poussait un peu, elle perlait....
Il la revend rapidement pour une 250 Puch qui cède bientot sa place à une 500 Royal Enfield.
Puis, 3 ou 4 NORTON 500 se succèdent jusqu'à l'arrivée d'une 650 BSA Road Rocket qui va faire basculer sa carrière de motard.
 
Un long article du Provençal, daté du 3 décembre 1964, retrace avec beaucoup de détails, toute cette première partie de la vie de Georges ( à noter une erreur de date sur la première course en moto. Après diverses recherches, la course de cote de Limonest Mont Verdun à laquelle il est fait référence s'est déroulée le 22/9/1957, une date que Georges avait d'ailleurs indiquée sur ses archives photo)
 
 
Nous sommes donc à l'automne 1957, Georges a 30 ans, et il est membre du MOTO CLUB D'AVIGNON, un des plus anciens clubs moto Français.
 
Le MOTO CLUB D'AVIGNON est bien connu dans le milieu de la compétition où son nom est associé à deux manifestations de notoriété internationale:
-  le CIRCUIT d'AVIGNON, épreuve internationale se déroulant sur les Allées de l'Oulle, en bordure du Rhone, et
-  la COURSE DE COTE DU MONT VENTOUX, une des plus longues (21kms), des plus dures et des plus anciennes épreuve de ce type en France et en Europe.
Malheureusement, dans les années 50, cette dernière épreuve rencontre pas mal de problèmes et depuis 1952, les motos n'y participent plus.
 
Ceci n'empèche pas que, du fait de son implication dans le sport moto,  le MCA compte en son sein plusieurs pilotes de vitesse qui participent à toutes sortes de compétitions en France.
 
Parmi ceux ci, Jacky BOEUF qui est engagé sur sa 500 BSA, à la Course de Cote de Limonest Mont Verdun, près de Lyon.
Georges a donc sa BSA 650 Road Rocket, une anglaise plutot sportive, et avec son copain Fernand FAURE (aucun lien de parenté avec moi NDR), et Blanche, la femme de celui ci, les voici devant le magasin de Maurice LAZARD à Avignon, prèts à partir pour aller encourager Jacky.
 
Georges m'explique alors que, quand ils sont arrivés sur place, Jacky a tellement insisté pour qu'ils participent à la course, qu'il se sont finalement laissé tenter...
Et le dimanche,  voilà donc Georges au départ, avec son blouson de route, et sa BSA équipée de plaques de course.
 
 
Georges découvre le tracé, mais il est doué...
Résultat, pour sa première course, il gagne la catégorie 750 Sport.
 
 

Il a 30ans....le virus a frappé...sa carrière moto démarre.

 
L'année suivante, course de cote de Malval, toujours près de Lyon.
 
Georges est engagé avec deux motos: une NORTON 500 et sa BSA Road Rocket 650.
 
A voir la première photo, on se rend bien compte qu'il attaque...mème s'il n'a jamais couru ici auparavant,
 
 
                                                                                  Avec la 500 NORTON
 
                                                                                                   Avec la 650 BSA
 
Et encore une fois, les résultats sont là:
- 1er en 500 avec la Norton de la photo
- 2ème en 750 avec la BSA
 
Cette mème année, Georges s'engage au CIRCUIT D'AVIGNON avec une NORTON Daytona
La tenue est devenue plus sportive avec une vraie combinaison de cuir.
 
Je n'ai pas pour l'instant trouvé son classement, mais j'espère pouvoir mettre la main dessus, soit dans les archives du MCA, soit auprès de la mémoire vivante du MCA, Jacky BOEUF.
 
 
 
Mais Georges est un pilote éclectique...
 
Après la cote et le circuit, le Rallye.
 
Le voici donc engagé avec sa BSA au redoutable CANNES - GENEVE - CANNES
 
D'après lui, l'épreuve la plus éprouvante à laquelle il a participé.
 
Tous les grands cols des Alpes par des routes qui n'avaient rien à voir avec celles d'aujourd'hui.
 
Et très souvent de nuit, avec l'éclairage de l'époque...
 
Sur la photo, il redescend sur Cannes.
 
 
Mais malheureusement, il ne verra pas l'arrivée.
 
Cà ne sera une surprise pour personne, une BSA çà vibre....
 
Et sous l'effet des vibrations, l'écrou de blocage du pignon de sortie de boite s'est desserré. Le pignon a pris  tellement de jeu qu'alors que Georges arrive dans un virage, sur les hauteurs de Cannes, sa chaine saute et se bloque entre pignon et carter.
C'est le vol plané inévitable par dessus le parapet....
Chance incroyable, pilote et moto se retrouvent accrochés dans deux pins en contrebas de la route.
Pas trop de mal - ils reviendront par la route à Avignon- mais pour le rallye c'est fini....Dommage
 
 Mais la saga n'est pas finie...
 
Passons à 1959.
 
Nouvelle course de cote célèbre: Laffrey près de Grenoble.
 
Les meilleurs pilotes français sont là.
 
Georges est engagé en 500 sur sa NORTON Daytona.
 
Il commence à étre connu dans le milieu et on se méfie de lui...
 
Mais lui n'est pas décidé à laisser les pilotes du Moto Club Dauphinois faire la loi...
 
           Concentré au départ ....
 
 Puis gaz en grand...on s'en rend compte sur la photo...
A noter que son casque, probablement un Cromwell, est nouveau et qu'il a pris les couleurs que Georges conservera de nombreuses années.
 
Résultat de la course:  Catégorie Sport :Georges COMY 1er toutes cylindrées et record de la cote de Laffrey.
 
Cà lui vaudra d'ailleurs quelques échanges avec Moto Revue qui ne veut pas croire que sa machine est une 500...Et pourtant...
 
Est ce gràce à l'aura que lui confère cette superbe performance, mais cette mème année Georges COMY devient Président du Moto Club d'Avignon. 
Il le restera pendant 12 ans, jusqu'à 1971, année où il passera le relais à Maurice BOUAT.
Jusqu'à ce jour, c'est le mandat le plus long de Président du MCA. 
 
Arrive l'année 1960.
 
Georges participe au Championnat de France National, en 350, avec une NORTON MANX .
 
Cette année, la course qui décerne le titre se déroule en Algérie sur le circuit de Staoueli.
 
Georges termine 3ème derrière Rudolf CANCIO, officiel AJS et Robert ASSANTE, sur NORTON.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A suivre... 
Comments